Medibüro – Kiel

Französisch

Qui nous sommes et ce que nous faisons

L‘ Aide médicale pour personnes sans papiers (Medibüro) procure des traitements médicaux qualifiés anonymes et gratuits pour les personnes illégalisées*, tout en travaillant la main dans la main avec des médecins, des psychologues, des sages-femmes et des interprètes.

Pendant nos heures de service les collaborateurs mettent les patients gratuitement en contact avec les spécialistes correspondants. Le bureau est toujours occupé par deux personnes, entre elles toujours une femme et si possible une personne ayant des connaissances médicales.

Le financement des coûts des médicaments, des appareils orthopédiques, des lunettes, des analyses de laboratoire, de l‘imagerie médicale etc. se fait par dons récoltés. Dans le cas de maladies graves ou chroniques ou bien de grossesses qui demandent un séjour à l’hôpital nous essayons de trouver une solution ensemble avec les sages-femmes et médecins traitants.

Dans le cadre du projet aucune donnée n’est collectée et toutes les personnes participantes se soumettent au secret professionnel. Nous sommes en contact avec des services de consultation qui peuvent renseigner sur des questions légales et sociales. Le Medibüro est un projet autogéré et non-gouvernemental, tous les participants travaillent sans rémunération et bénévolement.

 Heures de service: mardi 15:30 – 17:30 heures

 

La situation des «sans-papiers» en Allemagne

D’après les estimations d’associations caritatives, entre 500 000 et un million de « sans-papiers », c’est-à-dire d’étrangers en situation irrégulière, habitent dans la République Fédérale d’Allemagne, beaucoup d’entre eux aussi à Schleswig-Holstein. Les sans-papiers font partie de notre société et vivent dans la peur permanente d’être découvert.

Les histoires des migrants, et surtout les circonstances qui ont mené à une vie dans l’illégalité, sont très différentes. Les systèmes sociaux autoritaires, l’exploitation économique, l’injustice sociale, les guerres et les conséquences du changement climatique forcent ces personnes à quitter leur patrie.

D’un côté, grâce aux régulations restrictives de la loi d’immigration il est de plus en plus difficile pour eux d’obtenir un titre de séjour dans la forteresse Europe déjà proverbiale. De l’autre côté les sans-papiers sont devenu un facteur économique important et sont par exemple exploités comme mains d’œuvres bon marché dans les secteurs de la gastronomie, de la construction civile et des soins de santé. Les femmes peuvent aussi être obligées de vivre dans l’illégalité, due au trafic de femmes et à la prostitution forcée.

Les sans-papiers ont une chose en commun: par la législation en vigueur ils sont exclus et marginalisés dans le quotidien dans l’accès à l’éducation, au travail et aux soins de santé.

 

L’exclusion effective des soins de santé

Les personnes illégalisées ne peuvent pas contracter une assurance-maladie. Comme les demandeurs d’asile ils ont le droit aux soins de santé selon la loi sur les prestations accordées aux demandeurs d’asile dans le cas d’affection aigüe et d’états douloureux.

Si les patients sans papiers font valoir les coûts des soins médicaux auprès du service social responsable, le service n’a certes plus le droit de transmettre les données au service des étrangers – c’est ainsi depuis l’entrée en vigueur de l’instruction administrative de la loi relative au permis de séjour en automne 2009 – mais il est encore incertain si et sous quelle forme les coûts des soins médicaux sont remboursés. La peur règne parmi les personnes illégalisées que leur statut soit découvert lors d’un traitement et qu’elles soient expulsées dans leur pays d’origine.

 

Nos objectifs

Le Medibüro veut améliorer la situation des réfugiés et migrants illégalisés sur le plan pratique et politique, tout en réduisant les détresses humaines. Comme l’exclusion effective des personnes illégalisées du système de santé régulier est surtout basée sur la politique, nous revendiquons des solutions politiques. L’accès aux soins médicaux doit être garanti pour tous, indépendamment du statut de résidence.

L’objectif à long terme de notre travail est l’abolition des lois extraordinaires pour migrants et réfugiés. Nous sommes principalement contre toute forme de marginalisation sociale et revendiquons les mêmes droits et la liberté de mouvement pour tous.

 

Nous parlons de sans-papiers ou de personnes illégalisées au lieu de personnes «illégales» – d’après la citation d‘Elie Wiesel:

«Il faut que vous sachiez qu’aucun être humain n’est illégal. C’est une contradiction en soi. Les êtres humains peuvent être beau ou encore plus beaux. Ils peuvent être justes ou injustes. Mais illégaux? Comment est-ce qu’un être humain peut être illégal?»

Ils peuvent seulement commettre des actions qui se trouvent en contradiction avec les lois et en cela surtout avec les lois des droits des étrangers.